Anesthésie

Le service d’anesthésie se positionne comme interlocuteur privilégié des services de chirurgie, d’obstétrique et de gastro-entérologie. Son rôle est de mettre au service des patients du CHTN l’expertise de ses médecins dans les domaines de l’anesthésie en salle d’opérations, la prise en charge du patient avant et après son intervention, la gestion de la douleur aiguë post-opératoire, la sédation pour des actes diagnostiques ou thérapeutiques inconfortable, la réalisation de péridurales thérapeutiques, l’analgésie obstétricale…

Tous les médecins du service pratiquent les différentes techniques d’anesthésie adaptées aux opérations qui ont lieu dans nos hôpitaux :

  • Anesthésie générale : il s’agit de l’administration de médicaments visant à rendre le patient inconscient, insensible à la douleur induite par l’opération et immobile pendant que le chirurgien opère ; cela s’applique par exemple à certaines opérations abdominales.
  • Sédation : il s’agit de l’administration de médicaments visant à rendre le patient détendu voire inconscient pendant la réalisation d’un acte désagréable ; cela s’applique par exemple aux endoscopies.
  • Anesthésie plexique : il s’agit de l’administration d’anesthésique local à proximité des nerfs responsables de la transmission de l’information provenant d’un membre de manière à rendre ce membre insensible ; cela s’applique par exemple à la chirurgie de la main. Ce type d’anesthésie occupe une place prépondérante dans notre pratique. Pour la réalisation des blocs nerveux, nous avons systématiquement recours à l’échographie : la localisation des structures nerveuses recherchées est donc facilitée, ce qui améliore le confort et la sécurité du patient lors de ces procédures.
  • Anesthésie rachidienne : il s’agit de l’administration d’anesthésique local à proximité de la moelle épinière de manière à rendre le bas du corps insensible ; cela s’applique par exemple à la chirurgie du genou.
  • Analgésie péridurale : il s’agit de l’administration d’anesthésiques locaux dans l’espace péridural à proximité des racines nerveuses ; cela s’applique au contrôle de la douleur liée à l’accouchement ou de la douleur postopératoire. Dans ce dernier cas, elle est associée pendant l’intervention à une anesthésie générale ou rachidienne.
  • Infiltrations péridurales : il s’agit de l’administration d’un anti-inflammatoire puissant dans l’espace péridural pour soulager des cervico-brachialgies ou des lombo-sciatalgie.